On attend le vents …

DecosudestTout d’abord on attend, c’est un jeu de patience.
On attend le bon moment,
On attend le soleil, les nuages, le vent,
On lève les yeux au ciel, on rêve de l’envol …
Une navette nous conduit sur le sommet de nos songes …
On y rencontre d’autres rêveurs, on discute, on sourit, on rit aussi parfois …
… pourtant nos regards sont inévitablement tournés vers la vallée, vers le soleil, le ciel et le bleu …
Le voyage se teinte de silences … on pense aux gestes, on voudrait que le ciel et le vent nous accueillent …
La navette stoppe, chacun sort à son rythme.
On saisit nos voiles, on monte les quelques mètres restants jusqu’au sommet.
On attend … encore … la patience se décline aussi à quelques mètres de la délivrance …
On contemple l’endroit où nos corps rejoindront le vent …
Alors tout se vit en perceptions indicibles, en pures émotions, en vents frôlant un morceau de peau, indicateur du moment de l’envol, en chaleurs de l’astre jaune, en parfums envoûtants …
Le rituel commence alors : on déplie le tissu, on vérifie les suspentes, on met le casque, on s’attache à la sellette …
Alors un arrêt, un regard au loin, une respiration … on ferme les yeux … on ressent le monde …
il est 8h00, rien ne compte plus que le vent …
Enfin les yeux s’ouvrent, le regard s’éclaircit, le cœur s’emballe, le moment est venu …
Les bras tirent sur les suspentes pour former l’aile, notre rêve est là … à quelques mètres …
Alors … on avance vers lui …

Categories: Humeurs

Pas encore de commentaire.

Répondre

Remettre à zéro